dimanche 19 octobre 2014

Contemporary Outsider Art : The Global Context (The University of Melbourne 23 – 26 October 2014)

Dans le cadre du colloque international Contemporary Outsider Art : The Global Context, Baptiste Brun (boursier du Centre allemand d'histoire de l'art et membre du Crab) présentera une communication lors de la session intitulée "Outsider Art History and Theory", le vendredi 24 octobre à l'Université de Melbourne.





Le site de l'événement : ICI
 

Baptiste Brun, "Jean Dubuffet's Art Brut as a « boundarie object » : a tool, a method"

Since a few years, research in Europe focusing on Outsider Art or Art Brut shows that those topics (artefacts and concepts) emphazise the necessity of working with a new method based on transdicplinarity. Historically, the genesis of what became critical categories explains this necessity. The way Jean Dubuffet had created a new conception of art held by a collection of artifacts is paradigmatic of it (Delavaux, 2010).

At the crossroad of Art History and Sociology, our topic is to show how specific was the painter's work with Art Brut (Art Brut is there thought bough as a work and as a practice of collection and criticism). Dubuffet's original position after-War set at the intersection of Art's world, Psychiatry's World and Ethnography's World. He subverted the tools and methods of both of those worlds to reach his goal that is to renew his own work and to contest the established rules of the Art's World. Furthermore, this enterprise and the artefacts it refers to return to the different disciplines that contribute to its emergence. After presenting the context of this emergence, we will show how Jean Dubuffet's Art Brut has an epistemological efficiency that creates loopholes in established discourses. Short declarations on Art Brut like those of Claude Levi-Strauss, Gilles Deleuze, Howard S. Becker or Nathalie Heinich – amongst others – encouraged us to look at it as a « boundarie object » (Susan Leigh Star and James R. Griesemer, 1989), a tool, a method to think about Art Brut - broaderly Art, in an anthropological way.

Le programme entier : ICI

vendredi 17 octobre 2014

Avis aux chercheurs et amateurs de tout genre : le catalogue de la Bibliothèque Dominique Bozo intègre le Sudoc

Corinne Barbant, responsable de la bibliothèque Dominique Bozo au Lam Villeneuve d'Ascq, nous fait savoir que le catalogue de la bibliothèque intègre peu à peu le Sudoc. Déjà près de 4000 livres depuis avril. Vous y retrouverez notamment les richesses de son fonds relatif au domaine de l'art brut et de ses apparentés, issues notamment des donations de L’Aracine et Michel Nedjar.
Beaucoup de livres ne se trouvent que là-bas ! Un endroit à connaître et à investir !
 
 
La bibliothèque est ouverte du mardi au vendredi de 13h à 17h, le lundi et le matin sur rendez-vous.
 
Le portail ICI
Et le SUDOC bien sûr : http://www.sudoc.abes.fr/

mardi 14 octobre 2014

L'exposition Dubuffet l'insoumis accueille une conférence de Céline Delavaux

Dans le cadre de l’exposition « Dubuffet, l’insoumis » au Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la Culture, Céline Delavaux donnera une conférence le vendredi 24 octobre 2014 à 18 h 30.


Jean Dubuffet et l’art brut : une pensée d’artiste 
Si l’art brut fait de plus en plus parler de lui, cette notion reste un nœud de malentendus. L'expression est née en 1945 au creux des écrits du peintre Jean Dubuffet. Analyser les enjeux de l’invention de l’art brut chez le peintre nous permet de lever un certain nombre de préjugés, de montrer l’intérêt contemporain de ce concept et de rappeler que, simultanément à une œuvre artistique foisonnante, Jean Dubuffet a élaboré une pensée de l’art exemplaire.

vendredi 24 octobre 2014 à 18 h 30
Aux Capucins – 29800 Landerneau
02 29 62 47 78

dimanche 28 septembre 2014

Trouble pictural saison 2 - Conférences au Colysée de Lambersart

Dans le cadre de l'exposition Trouble pictural saison 2, qui présente au Colysée de Lambersart des œuvres créées à la Pommeraie en Belgique, Baptiste Brun et Margaux de Graaff prononceront chacun une conférence, le vendredi 3 octobre à 19h.

Michel Dave, sans titre, La Pommeraie

L’œuvre de Michel Dave
par Margaux de Graaff, Maître universitaire ès lettres, Lausanne
Dans le cadre sollicitatif de la Pommeraie, Michel Dave a réalisé plus de deux cents tableaux composés principalement d’intrigantes listes de mots. Dans une étrange harmonie se dessine une unité nouvelle entre langue et image, où l’énonciation oscille entre le lisible et l’illisible.Michel Dave écrit, mais nous ne savons pas comment l’appréhender : le lecteur ne peut étiqueter a priori ce qui fait sa spécificité. L’efficience de la langue de Michel Dave consiste en effet en sa capacité à interroger - quitte à les déstabiliser - les statuts sociaux attribués : poète ou malade ? peintre ou écrivain ? Quelle place assigner à Michel Dave ? Et si le problème était le nœud du problème ?
 
Jacques Trovic, La Fête foraine, 2012
coll. art)et(marges musée, Bruxelles

Trouble pictural, trouble des catégories
par Baptiste Brun, Centre allemand d’histoire de l’art, Paris, membre du CrAB
Les dessins, peintures et autres assemblages créés à la Pommeraie mobilisent l’attention de celui qui les regarde. De quoi relèvent-ils ? Ne pouvant être définis comme projets artistiques tel qu’on l’entend communément, on aimerait les catégoriser dans l’un des mille tiroirs qui dessinent les marges de la création plastique. Pêle-mêle : art brut, art-en-marge, art différencié, art hors-les-normes, art truc, art machin et art-je-ne-sais-quoi-d’autre…  Une manière de mieux les considérer et de les rendre efficaces au-delà de leur intérêt esthétique indéniable, c’est de comprendre qu’ils nous engagent justement à dépasser l’esprit de catégorisation qui sévit dans l’art.
 
L'accès aux conférences est gratuit.
avenue du Colysée, Lambersart
berges de la Deûle
métro Bois Blancs / ligne 2
Stations V'Lille Bois Blancs /Marx Dormoy / Hippodrome
L'exposition est ouverte jusqu'au 7 décembre 2014.
Un catalogue a été édité pour l'occasion sous la direction de Bruno Gérard, avec des textes de Baptiste Brun, Marc-Philippe Daubresse et Carine Fol.

vendredi 5 septembre 2014

Journée d’étude "Brut et contemporain. Fictions des origines de l'art"

Vendredi 19/09/2014

À L’iselp (Bruxelles), en partenariat avec le art & marges musée et l'iselp

Dans le cadre de l’exposition "Il était une fois l’art brut…" au art & marges musée

Avec la participation de :

Vincent Capt (docteur en Langue et littérature françaises, membre du Crab)
Déborah Couette (doctorante en histoire de l’art, membre du Crab)
Laurent Courtens (critique d’art, commissaire d’expositions, programmateur à L’iselp)
Céline Delavaux (docteur en littérature, membre du Crab) ;
Messieurs Delmotte (artiste),
Carine Fol (docteur en histoire de l’art, directrice artistique de la Centrale for contemporary art),
Jacques Lizène (artiste) et
Pierre Muylle (directeur MADmusée) et
Tatiana Veress (directrice art & marges musée).
Avec le soutien de l’Alliance française de Bruxelles-Europe


Programme de la journée

9h30 rdv au art & marges musée
Mot d’introduction de Tatiana Veress, directrice du musée
Visite de l’exposition Il était une fois l’art brut..., commentée par l’artiste Messieurs Delmotte et les commissaires de l’exposition Déborah Couette et Céline Delavaux

Départ à L’iselp
11h  Introduction :  Art brut et art contemporain : jeux de miroir , par Céline Delavaux
11h30 Qu’est-ce que le « brut ? : Le brut et l’autre. Une anthropologie du dépassement au cœur de l’art et du langage , par Vincent Capt
12h15 Ce que le « brut » dit au « contemporain : « 22 v’là les brutes ! par Laurent Courtens
13h pause déjeuner
14h30 Exposer l’art brut et l’art contemporain : quels enjeux ?
Avec Carine Fol Pierre Muylle
15h30 Table ronde : Artistes contemporains et art brut
Avec Messieurs Delmotte et Jacques Lizène.
Conversation animée par Déborah Couette, Laurent Courtens et Céline Delavaux.

Inscriptions auprès de L’iselp

Evénement FB

L’iselp
31, Boulevard de Waterloo – 1000 Bruxelles
+32 (0)2  504 80 70
iselp.be
accueil@iselp.be
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
art & marges musée 312-314, rue Haute - 1000 Bruxelles
+32 (0)2 533 94 90
artetmarges.be
info@artetmarges.be
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tarifs
10,50 € (tarif plein)
8 € (demandeurs d’emploi)
1,25 € (article 27)
0 € (étudiants de moins de 26 ans, amis du art & marges musée et parrains de L’iselp)

mercredi 27 août 2014

Premier numéro Hors série de Création Franche

En novembre 2013, le Collectif de recherche autour de l'art brut (CrAB) et le musée de la Création Franche organisaient à Bègles, une journée d'échanges dédiée aux "Fanzines d'art brut et autres prospectus". Initiée par Déborah Couette, cette journée avait pour enjeu de montrer l'importance de ces publications confidentielles pour les recherches portant sur et autour de l'art brut aujourd'hui. Le premier numéro Hors série de Création Franche compulse les actes de cette journée. Parmi les intervenants-contributeurs, Déborah Couette, Céline Delavaux, Corinne Barbant, Jean-Claude Caire, Denis Lavaud, Jean-Louis Lanoux, Bruno Montpied, Gérard Sendrey...

lundi 2 juin 2014

« Il était une fois l’art brut… » (exposition au art)&(marges musée de Bruxelles)

Exposition au art)&(marges musée de Bruxelles
13 juin - 12 octobre 2014
Vernissage le jeudi 12 juin 2014


L’art brut, c’est quoi ? Et l’art, comment ça commence ? Parfois, ces deux questions se confondent… L’art brut, par sa complexité, sollicite de nombreux discours, souvent contradictoires, qui s’acharnent à le définir. Nombre d’entre eux, dans cette tentative de saisir l’art brut, construisent des fictions, en fantasmant l’art brut comme une origine de l’art. L’art brut se trouve ainsi associé à divers débuts possibles de l’art : l’enfance, le primitif, la folie ou le génie, le sauvage ou le naturel, l’enfermement ou le désœuvrement… Autrement dit, l’impossible question de ce qu’est l’art brut cherche à se résoudre dans une interrogation tout aussi épineuse : quelle est l’origine de l’art ? Le problème, c’est que l’art brut ne définit pas des productions artistiques, puisque c’est un concept, une théorie de l’art et non une simple appellation. En revanche, l’art brut nous permet de penser des œuvres singulières et constitue un outil extraordinaire pour interroger la définition de l’art. Les fictions qu’il suscite en sont le symptôme. L’art brut montre que la question de l’art ne se résout pas par le classement et le cloisonnement. Le champ de l’art n’est pas un territoire constitué de petites cases juxtaposées : les « genres », les « styles » et les « catégories » existent, mais les frontières, troubles et mouvantes, se superposent et se déplacent au fil du temps.
L’exposition « Il était une fois l’art brut… » prend ces fictions des origines de l’art au pied de la lettre en les matérialisant au fil de cinq séquences. Pour souligner l’arbitraire de cette mise en boîte, une couleur subjectivement choisie a été attribuée à chacune de ces catégories fictionnelles. Car, dire que l’art brut, c’est l’art des fous est tout aussi arbitraire que d’affirmer que, à l’origine, l’art était bleu ! Cette pirouette indique en même temps que cette exposition constitue, elle aussi, un discours.

 © Messieurs Delmotte

Avec des œuvres du art)&(marges musée, du musée du Dr Guislain, de La Fabuloserie et issues de collections privées.
• Avec la participation artistique de Messieurs Delmotte
Commissariat : Déborah Couette et Céline Delavaux, membres du Collectif de réflexion autour de l’art brut (Crab)
Sur l’invitation de Tatiana Veress, directrice du d’art)&(marges musée
Scénographie : Norbert Uzan
Graphisme : Sukrii Kural

Catalogue avec des textes de Baptiste Brun, Vincent Capt, Déborah Couette, Céline Delavaux et Roberta Trapani.
 

Avec le soutien de Psycart et de l’Alliance Française Bruxelles-Europe.