vendredi 13 février 2015

Quand les attitudes deviennent brutes, voire brutales. Conditionnement du regard et art brut aujourd'hui

Le jeudi 4 décembre 2014, Baptiste Brun, membre du Crab, donnait une conférence à la Maison rouge dans le cadre du séminaire animé par Barbara Safarova. Vous trouverez la vidéo de cette intervention en cliquant sur l'image ci-dessous. Il s'agissait de faire un point sur la mode dont l'art brut est aujourd'hui l'objet.

http://www.dailymotion.com/video/x2cb1zd_parler-de-l-art-brut-aujourd-hui-3e-seance-quand-les-attitudes-deviennent-brutes_creation


"Hans Prinzhorn n'aurait pu voir Adolf Wölfli sans ses accointances avec la génération des peintres expressionnistes allemands, ni Harald Szeemann Heinrich Anton Müller sans l'action vivifiante du regard et de la manière de Tinguely. Aujourd'hui, les nouvelles formes qu'on apparente à l'art brut - qu'elles soient contemporaines ou issues du passé - sont repérées et étiquetées par un regard littéralement actuel. Il en est ainsi des réflexions relatives à la performance ou à la photographie supposée "brutes". Provoquons : les travaux d'Horst Ademeit ou de Georges Widener seraient-ils invisibles voire sans intérêt sans le travail du couple Becher ou de On Kawara ? Quoi qu'il en soit, si l'art brut pensé par Dubuffet reste opératoire aujourd'hui comme pensée de l'art, c'est en restant un véritable révélateur des conditionnements du regard dans le champ de la culture, hier comme aujourd'hui."

par Baptiste Brun
Actuellement boursier postdoctorant au Centre allemand d'histoire de l'art à Paris et enseignant à l'Ecole du Louvre, Baptiste Brun est membre du Crab (Collectif de réflexion autour de l'art brut). Le livre issu de son travail de thèse De l'homme du commun à l'Art Brut : Dubuffet face au paradigme primitiviste paraîtra en 2015 aux Presses du Réel.

mercredi 28 janvier 2015

Chronique et interview autour du volume "Affoler la langue"


A lire, cet entretien de Vincent Capt, membre du collectif, paru sur litterature-romande.net. 

http://litterature-romande.net/entretien-vincent-capt/#more-1617


Il fait suite à la publication du numéro 37 de la revue Archipel, publié sous sa direction et intitulé "Affoler la langue". Bonne lecture !


vendredi 21 novembre 2014

"Affoler la langue. Ecrits bruts, Antonin Artaud et Henri Michaux", revue Archipel, n°37 (déc. 2014)

Le Cabanon, espace pour l’art contemporain à l’Université de Lausanne, a le plaisir de vous inviter, le jeudi 4 décembre à 18h (ouverture dès 17h30) au vernissage du 37è numéro de la revue Archipel. Co-édité par la Collection de l’Art Brut, l’ouvrage s’intitule « Affoler la langue. Ecrits bruts, Antonin Artaud et Henri Michaux ». 

Dirigé par Vincent Capt, maître assistant à l'Université de Lausanne et membre du CrAB, l’ouvrage réunit les contributions de cinq étudiants, cinq chercheurs et un écrivain.

Agrémenté de trente-deux illustrations couleur d’œuvres issues de la Collection de l’Art Brut, le volume offre un regard historicisé sur le topos artistique et littéraire de la folie par le biais d’une anthropologie linguistique et poétique.


Avec des textes de Gérard Dessons, Sarah Lombardi, Vincent Capt, Denise Mammino, Thibault Vaillancourt, Jean-Michel Adam, Besiana Camaj, Jérome Roger, Alice Bottarelli, Elodie Sanchez et Andréas Becker.

Performance de John Dumani et librairie éphémère dans le Cabanon. Apéritif offert.

Université de Lausanne Quartier Dorigny, Bâtiment Anthropole Niveau 1, aux abords de l’auditoire 1129, 1015 Lausanne. Arrêt métro M1: Unil Dorigny



L'ouvrage est disponible notamment depuis le site de la revue Archipel: http://www.asso-unil.ch/archipel/


L'Université des Paradoxes : Dubuffet à Nanterre (exposition)

Dans le cadre des célébrations du demi-siècle de l'Université de Nanterre, cette exposition évoque la commande avortée faite à Jean Dubuffet lors de la création du pôle universitaire nanterrois en 1964-65. Cette histoire est l'occasion de se pencher sur l'étrange présence du peintre de l'Hourloupe dans une institution, l'Université, qu'il se plaisait pourtant à critiquer vertement. Insistant sur ce paradoxe, le parcours pensé par Baptiste Brun et Thierry Dufrêne cherche à dépasser ce qui pourrait apparaître comme une simple contradiction. Où Dubuffet joue d'une forme d'entrisme pour ébranler les certitudes dans la fabrique du savoir.

Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense - Grand hall du bâtiment B
200 avenue de la République ( Nanterre) - Rer A (Nanterre-Université)

Entrée libre de 8h30 à 18h30, tous les jours sauf le dimanche.
Jusqu'au lundi 1er décembre.

mercredi 22 octobre 2014

Des crabes dans un colloque nanterrois, lundi et mardi 27 et 28 octobre prochain

Roberta Trapani et Vincent Capt participeront au colloque organisé conjointement par l'Université Paris-Ouest / Nanterre - La Défense et l'Université Carleton d'Ottawa. Coordonné par Pauline Goutain, cet événement s'intitule Art brut et matérialité.

Plus d'informations ICI.

dimanche 19 octobre 2014

Contemporary Outsider Art : The Global Context (The University of Melbourne 23 – 26 October 2014)

Dans le cadre du colloque international Contemporary Outsider Art : The Global Context, Baptiste Brun (boursier du Centre allemand d'histoire de l'art et membre du Crab) présentera une communication lors de la session intitulée "Outsider Art History and Theory", le vendredi 24 octobre à l'Université de Melbourne.





Le site de l'événement : ICI
 

Baptiste Brun, "Jean Dubuffet's Art Brut as a « boundary object » : a tool, a method"

Since a few years, research in Europe focusing on Outsider Art or Art Brut shows that those topics (artefacts and concepts) emphazise the necessity of working with a new method based on transdicplinarity. Historically, the genesis of what became critical categories explains this necessity. The way Jean Dubuffet had created a new conception of art held by a collection of artifacts is paradigmatic of it (Delavaux, 2010).

At the crossroad of Art History and Sociology, our topic is to show how specific was the painter's work with Art Brut (Art Brut is there thought bough as a work and as a practice of collection and criticism). Dubuffet's original position after-War set at the intersection of Art's world, Psychiatry's World and Ethnography's World. He subverted the tools and methods of both of those worlds to reach his goal that is to renew his own work and to contest the established rules of the Art's World. Furthermore, this enterprise and the artefacts it refers to return to the different disciplines that contribute to its emergence. After presenting the context of this emergence, we will show how Jean Dubuffet's Art Brut has an epistemological efficiency that creates loopholes in established discourses. Short declarations on Art Brut like those of Claude Levi-Strauss, Gilles Deleuze, Howard S. Becker or Nathalie Heinich – amongst others – encouraged us to look at it as a « boundary object » (Susan Leigh Star and James R. Griesemer, 1989), a tool, a method to think about Art Brut - broaderly Art, in an anthropological way.

Le programme entier : ICI